Le Slow Tourisme, un concept de vie

Le Slow Tourisme se traduit comme étant un tourisme où on prend le temps de vivre, de contempler les paysages, de privilégier les rencontres.
Ainsi, c’est au-delà de cette définition, un état d’esprit.

 

 

Donc, le « Slow Tourisme » prend ses racines dans le développement du tourisme durable, solidaire, éco-sensible. Alors, il s’adresse à tous ceux qui désirent faire des voyages éco-responsables.

Face aux conséquences du tourisme de masse, l’évidence même du développement et de la sensibilisation au « Slow Tourisme » semble être la réponse au tourisme de demain.

 

 

 

 

Lorsqu’on remet en question sa façon de voyager, on apporte une dimension  plus humaniste à son voyage, en valorisant son intérêt pour l’environnement et aux habitants d’une région.
Puis on y voit un signe d’altruisme.
N’est-il pas égoïste ce voyageur qui traverse la planète plusieurs fois par an, pour quelques jours de découverte ici et là aux quatre coins du monde ? Stop !

Car quand on multiplie cet état d’esprit individualiste par des centaines de milliers, voire de millions de personnes… On ne court plus à la catastrophe. La catastrophe est déjà là.

Mais revenons à nos élans de voyages bucoliques…

Ce tourisme « Serein » est un état d’esprit. On parle d’un comportement touristique différent, envers le monde extérieur et envers son monde intérieur. C’est s’accorder du temps pour vivre pleinement une expérience touristique enrichissante. Le voyageur prend le temps de s’imprégner de l’endroit où il se trouve. Il va à la rencontre de ses habitants. Et laisse de la place à l’imprévu, à la surprise et à l’émotion.

 

Ce mouvement incite à ralentir son rythme de vie
et à savourer des moments de qualité…

 

Pour les Français, le voyage responsable idéal se déroule à la campagne. Par exemple, dans une résidence de tourisme éco­gérée ou une chambre d’hôte. Puis ce voyage engage d’aller à la découverte des populations locales. En découvrant leurs traditions et leur gastronomie.


Comment choisir un moyen de déplacement « écologique » ou valoriser la mobilité douce?

C’est réfléchir sur le développement d’une mobilité respectueuse de notre environnement.

  • Le tourisme à vélo
  •  Le tourisme fluvial
  • Le tourisme à cheval
  • La randonnée pédestre
  • 

Le tourisme en train

Alors ce type de tourisme, plus authentique, permet  de s’imprégner du lieu que l’on visite, loin de la foule et plus proche de la population locale. On fait alors le choix des circuits moins fréquentés.
Toutefois le Slow Tourisme peut aussi bien se pratiquer à côté de chez vous, ou lors d’un voyage à l’autre bout du monde !

 

Nous vous invitons à pratiquer le Slow Tourisme
et à retrouver le temps de prendre le temps.

..

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !