tourisme tel aviv
Tourisme Durable

Amsterdam & Tel Aviv : vers le tourisme durable

Le Tourisme Durable est une approche responsable de l’aménagement touristique. Et il se conçoit aussi dans les villes. Le logement, les moyens de transport sont des points sensibles dans la question de la durabilité. Comment allier le potentiel touristique d’une ville, avec des mesures respectueuses de l’environnement ? Donc nous exposons deux approches du développement touristique durable dans le milieu urbain. Il y a l’exemple d’Amsterdam, métropole qui s’ancre dans la durabilité et Tel-Aviv qui se met à son tour au vert.

 

1. Amsterdam ou l’air(be) vert(e)

 

Les Pays Bas compte 18 millions de vélos pour 17 millions d’habitants. Ils ont su faire d’Amsterdam une métropole ancrée dans la durabilité. Ces mesures visent à lier le potentiel touristique de la ville et l’écologie.

Les moyens de transport

Qui dit tourisme dit transport de touristes. Or trois quarts des émissions de CO2 que produisent les touristes proviennent des transports. Il était alors important de trouver des solutions adaptées à la fréquentation touristique de la ville et à sa durabilité. Pour ce faire, des investissements considérables ont été réalisés. Désormais tous les métros et trams roulent à l’électricité verte. Ainsi que tous les bateaux de croisière navigants sur les canaux puissent le faire grâce au gaz naturel.

Les arrivées touristiques se font majoritairement par train avec l’expansion du réseau Thalys de ces dernières années. Ce moyen de transport est deux fois moins polluant que la voiture et sept fois moins que l’avion. Néanmoins certains voyageurs habitant à l’autre bout du globe n’ont d’autre choix que celui des airs. Amsterdam, toujours dans sa politique de durabilité, a fait de Schiphol un aéroport vert comme le démontrent les taxis et bus circulant dans celui-ci qui sont totalement électriques ou encore les éclairages écologiques installés dans tout l’aéroport.

D’autre part, Amsterdam a mis en place plus de 4000 points de recharges électriques pour vélos, voitures et même bateaux ! Tellement rentables, que chaque jour de nouveaux points voient le jour. C’est ainsi qu’en à peine un an le nombre de ces points à énergie verte a doublé.

 

Que serait Amsterdam sans ses vélos ?

En termes de transport, nous ne pouvons pas faire plus écologique et durable, et c’est bien l’atout de la capitale hollandaise qui devient aussi connue pour ses vélos que pour ses canaux. Plus de la moitié des déplacements dans la ville se fait à vélo, près de 400 km de pistes cyclables sont disponibles et 225 000 stationnements de vélo sont disséminés partout dans la ville. L’industrie touristique a su flairer le credo et aujourd’hui nombre d’agences proposent une variété d’excursions à la découverte des richesses hollandaises uniquement à vélo.

 

Le logement durable: le certificat Green Key

Mais il n’y a pas que les transports qu’Amsterdam veut durable. En matière de tourisme le logement est primordial. Grâce aux efforts déployés par les professionnels du tourisme, la ville est fière d’annoncer que plus de la moitié des lits hôteliers amstellodamois ont obtenu le certificat Green Key. Ce certificat est accordé aux entreprises touristiques, si celles-ci font plus pour l’environnement que ce qui est prescrit par les lois et réglementations. De plus, c’est un certificat est très peu accordé au vu de ses exigences élevées.

Paris, Londres ou Rome ont du souci à se faire car la capitale hollandaise, 5ème capitale européenne la plus durable selon le Green City Index, risque de leur faire du tort. Quand ces dernières luttent laborieusement contre la pollution, Amsterdam arrive à conjuguer tourisme, écologie et durabilité, un exploit dont elle a le monopole.

 

Je m’appelle Eva Carraz. Du haut de mes 19 printemps je suis en BTS Tourisme en alternance dans l’entreprise Go Park, un espace de loisirs qui propose du paintball en intérieur et extérieur ainsi que des activités comme le combat de sumos ou du foot en bulle.
Le développement durable est un enjeu important pour le monde entier et notamment dans le tourisme si nous voulons sauvegarder et partager avec les générations à venir les sites et le patrimoine exceptionnels dont notre terre est pourvue.
Linkedin

 

2. Tel-Aviv se met au vert

 

La résidence de l’ambassadeur de France à Jaffa a participé pendant près d’un an à un projet pilote de l’Autorité de Protection de l’environnement de la mairie de Tel Aviv en vue d’obtenir le Label Vert de la municipalité pour son respect de l’environnement.

Le 19 mai 2016, l’ambassadeur Patrick Maisonnave a participé à une cérémonie organisée sur le site de The Council for a Beautiful Israël avec le maire de Tel Aviv, Ron Huldai et un représentant du ministère de l’Environnement. Lors de cette cérémonie, il a été décerné à la ville le Label Vert. Le Label Vert récompense les aménagements touristiques, les espaces verts créés, le choix de matériaux naturels, l’utilisation des énergies renouvelables, les réductions de consommation d’une ville.

 

L’ambassade de France, résidence verte

Dans l’esprit de la conférence de Paris sur le climat, l’ambassade de France en Israël a pris une part active à ce projet pilote. Mené par la mairie de Tel Aviv en coopération avec l’Association israélienne de Normalisation et The Council for a Beautiful Israël, elle a transformé la Maison de France en résidence verte. Et c’est la première parmi les résidences d’ambassadeurs étrangers en Israël.

Afin de respecter les critères exigés par la mairie de Tel Aviv, la Maison de France a pris plusieurs mesures vertueuses en matière d’environnement pour le tourisme durable. Telles que sensibiliser les touristes et les locaux aux déchets sur les plages, se munir et utiliser des composteurs dans leur logement. Ou encore renseigner les groupes hôteliers sur l’électricité et l’énergie renouvelable. Pour exemple, la résidence de l’ambassadeur s’est munie de deux composteurs dans le jardin visant à réduire de 200 kg les déchets par an.

Enfin, la Maison de France s’engage à l’utilisation d’une vaisselle biodégradable et d’une réduction de 1000 plats jetables par an.

 

D’autres projets urbains mis en place

La mairie de Tel Aviv vient d’approuver l’un des projets les plus modernes, les plus prometteurs de la ville et même de la région.

Il s’agit de créer un immense parc urbain bordé de centres commerciaux et de salles de sport au-dessus d’une partie de la route Ayalon. La route Ayalon qui relie le sud au nord de la Ville Blanche ne sera pas détruite pour autant. Elle passera désormais par un tunnel qui sera construit pendant les travaux explique Itai Pinkas, conseiller municipal et chef du projet. Par conséquent, le trafic ne sera pas perturbé.

« L’idée est de créer un espace ouvert qui reliera le Parc Hayarkon et le Parc Begin pour constituer un seul et unique parc ».

Tout le bénéfice sera d’abord pour les résidents locaux qui pourront profiter d’un espace vert au lieu des bruits vrombissants des voitures. Ils pourront utiliser facilement leurs vélos ou plus simplement se balader sur ce nouveau parc qui sera une véritable nouveauté au Moyen-Orient. Cela deviendra également un site attractif pour les touristes.

Voilà un petit aperçu d’un projet écologique qui devrait prochainement faire encore parler de lui.

Et si l’écotourisme en Israël vous intéresse, cliquez ici !

 

Je m’appelle Léa Lebailly , je suis actuellement en 1ère année de BTS Tourisme au CFA Stephenson, en alternance chez Odalys Vacances. Je suis chargée agent back office, je m’occupe principalement du réseau Web store. Après l’obtention de mon BTS je souhaiterai intégrer une Licence E-Tourisme afin de me spécialiser dans le marketing .  LinkedIn 

 

 

 

Partagez vos idées !

%d blogueurs aiment cette page :