Carnet de voyage,  Écotourisme,  Organiser un voyage écoresponsable

Faire un voyage durable à Madagascar

Prenons le large pour de nouveaux horizons ! Nous partons à Madagascar avec Tsiky du blog Madagasmile. Dans cet interview, nous souhaitons mettre en avant des conseils pour réaliser un voyage éco-responsable à Madagascar. En effet, Tsiky est française d’origine malgache et grâce à sa connaissance de cette incroyable île, elle pourra nous conseiller sur différents aspects permettant d’optimiser un séjour plus écologique.

Ainsi, elle nous apporte des suggestions pour rencontrer les locaux ou découvrir la gastronomie locale. Quels seraient nos choix en matière d’hébergements éco-friendly, ou en terme d’activités nature ?

🔻Pour écouter l’interview c’est à la fin de l’article ! 🔻🎧

Un blog de voyages à Madagascar

Tsiky, pourrais-tu nous dire pourquoi tu as créé un blog spécialement sur Madagascar ?

J’ai créé un blog sur Madagascar parce que c’est mon pays d’origine. Et j’ai la chance d’y aller depuis que je suis toute petite. Aussi, je sais que je vais y retourner très souvent. Donc, c’est l’occasion de permettre à toutes les personnes de présenter ce pays que j’aime beaucoup. Et ainsi, de pouvoir les aider à réaliser leur voyage à Madagascar plus facilement.

Ton approche personnelle

Diplômée dans le secteur du tourisme durable, tu as un réel intérêt pour le voyage responsable.

En quoi Madagascar est une destination qui peut offrir des possibilités pour réaliser un voyage dans ce sens là ? Combien de jours faut-il partir selon toi pour profiter vraiment du pays ?

Au niveau du nombre de jours, c’est un pays très grand. C’est la quatrième île du monde ! Donc depuis la France, il faut 12h de vol à peu près, il vaut mieux partir minimum 10 jours. Après en 10 jours, avec une approche tourisme durable, ce qui est bien à Madagascar, c’est qu’il y a une très grande biodiversité.

Écotourisme et tourisme solidaire

Au niveau écotourisme, c’est vraiment super pour découvrir les oiseaux, les parcs naturels, les reptiles, les scientifiques adorent ! Aux niveau tourisme solidaire, c’est intéressant parce qu’il y a beaucoup d’ONG qui proposent des projets de développement qui accueillent des volontaires. Car Madagascar est un pays pauvre. Madagascar c’est aussi connu pour être le pays du Moramora, ça veut dire doucement.

Donc prendre le temps de vivre, prendre le temps de voyager.

Rencontres et partages sur l’île


Est-ce qu’il est facile de rencontrer les locaux ?

Oui, les locaux sont assez accueillants, toujours souriants. À Madagascar, on appelle les étrangers le Vazaha, comme c’est un pays pauvre, il y a toujours la vision des Vasaha comme des pays riches. Donc dans certaines parties du pays, l’étranger équivaut « argent ».

Aurais-tu des pistes, des associations à nous conseiller pour pouvoir faire des rencontres avec la populations locales : par exemple pour découvrir l’artisanat, la cuisine traditionnelle ou certaines coutumes ?

Une région ou une ville est-elle plus idéales pour ce type d’objectifs d’être dans la rencontre des populations locales, des savoir-faire ?

Il y a beaucoup d’agences de voyage qui proposent justement redécouvrir tout l’aspect culturel et artisanal. Par exemple il y a Moratravel pour qui j’ai travaillé. Eux ciblent plutôt les anglophones. Mais au niveau francophone, il y a Mahay Expedition,

Sur la route nationale 7, on part de Tanarive en direction du sud jusqu’à Tuléar. Pour la découverte des villages, ou l’artisanat, on voit un peu de tout. Par exemple, il y a un petit village où on s’arrête car il est réputé pour la fabrication du foie gras.

Le foie gras malgache ? !

Oui, à l’époque c’était colonisé par les français. Donc dans ce village là, ils ont appris aux malgaches comment faire du foie gras, et c’est devenu la tradition locale. Aussi, il y a l’artisanat du bois et des ateliers de recyclage de canettes,le raphia pour les paniers et les chapeaux, la broderie. Sur cette route, on découvre diverses activités locales.

Hébergements éco-responsables

Quels types d’hébergements nous conseillerais-tu pour être dans une démarche de voyageur responsable ?
Des adresses précises ? Dormir chez l’habitant ?

Alors concernant l’hébergement, c’est toujours mieux de choisir des hébergements dont les revenus revient aux habitants. Donc il faut éviter les chaines internationales. Chez l’habitant, il y a le réseau Accueil Paysan. Sinon, il y a aussi une association de permaculture : Les Amis d’Ecovillage Madagascar.

La cuisine locale

En terme de restauration, est-ce qu’il y a une cuisine typique, traditionnelle ?

On trouve facilement ces plats traditionnels dans les resteurants ?

Pour le panier alimentaire, les marchés de producteurs se trouvent-ils facilement ?

Que peux-tu nous dire de plus sur l’alimentation locale ?

Alors à Madagascar on mange du riz ! Du riz le matin, le midi, le soir. Et donc c’est du riz accompagné de viande. Le plus souvent c’est le Vary amin’anana, c’est du riz avec des bredes. Sinon, on peut avoir le ravitoto : ce sont des feuilles de manioc pilées avec généralement du porc. Après, on peut trouver aussi le voanjobory, il s’agit d’une recette à base de porc avec des sortes pois. On peut trouver le romazava, un bouillon de viande. Mais en général c’est toujours du riz avec de la viande.

Il y a beaucoup de rizières quand on traverses justement la national 7. On voit les paysages de rizières, c’est magnifique !

Les paysans vendent directement, tu les trouves partout ! Que ce soit en centre-ville sur les marchés, dans les villages ou sur la route. Ils vendent toujours leur production, donc c’est assez facile de trouver. Le riz peut aussi être servi avec des légumes finement coupés, assaisonné avec du vinaigre, des épices, comme le gingembre ou le curry. Et le piment est toujours mis à part ! Parce que c’est un piment très fort. Il faut le supporter…

Les activités natures autour de l’île

Quelles sont les activités natures que tu pourrais nous conseiller ?

Ce qui est génial à Madagascar, c’est qu’il y a beaucoup de parcs naturels dans toutes les régions. Donc par exemple dans l’est, on a surtout les forêts, donc plein de randonnées à faire. Dans le nord, les plages sont magnifiques, c’est bien pour la plongée ou le kite surfing. Dans le sud, j’avais fait du surf. Aussi, il y a les forêts de calcaire : les Tsingy. Et dans la baie de Diego-Suarez, il y a les salines.

🎧 🔻Pour écouter l’interview c’est ici ! 🔻🎧

Partagez vos idées !

%d blogueurs aiment cette page :