méditation et tourisme du futur
Écotourisme,  SLOWTOURISME,  Tourisme Durable

La méditation & le tourisme du futur

Nous partons pour le futur. Si le tourisme ne cessera de se développer, il devra aussi se réinventer. En effet, face aux prévisions de 2 milliards de touristes internationaux d’ici 2030, le tourisme doit valoriser de nouvelles approches du voyage responsable. Car « le tourisme sera durable ou ne sera pas ». Les enjeux climatiques de l’humanité sont inéluctables. Ne nous mentons pas. Nous sommes face à l’urgence de situations dramatiques sous divers aspects. Et l’industrie du tourisme a un rôle très important à jouer face aux cataclysmes écologiques et sociologiques. Ce qui fait la spécificité de notre planète, c’est la diversité du vivant autour de nous. C’est là que se trouve sa beauté, sa singularité et sa fragilité. Et c’est pour cela que nous devons nous battre pour elle. Nous ne pouvons pas léguer à nos enfants un monde sans ressources et en guerre. Pourquoi le méditation aura toute sa place dans le tourisme du futur ? Effectivement, la méditation pourrait être un grand remède pour tempérer les pratiques toxiques du tourisme de masse.

Cet article participe à l’événement interblogueurs organisé par le blog Christophe Lorreyte sur la thématique « la place qu’occupera la méditation dans le futur ».

Le voyage immobile et la méditation

J’ai toujours été fascinée par l’effet que peut produire la perception de la ligne d’horizon sur la mer ou l’océan. S’asseoir, et laisser les vagues prendre avec elles tout ce qu’on ne veut plus. Aussi, contempler les jeux de lumière sur un paysage à l’aurore ou au crépuscule ont un pouvoir évident sur le bien-être. Écouter, sentir, respirer.

La méditation, une pratique vers le voyage intérieur

La médiation c’est un travail d’exploration. Méditer c’est explorer son propre esprit et ses propres pensées afin de comprendre comment on fonctionne. Aussi la méditation nous permet de développer notre attention et notre concentration. Cela nous apprend à faire des distinctions qu’on ne peut faire avant d’avoir médité.

La minute utopique

Attention ! Âmes sensibles à l’utopie, je vous invite à sauter ces quelques lignes et à vous rendre directement au paragraphe suivant. Nous ouvrons à présent une petite parenthèse utopique sur la place de la méditation dans le futur. L’humanité a pris conscience que sa pratique du tourisme est vraiment néfaste pour la planète. Puis les sociétés sur-consommatrices de déplacements et de complexes hôteliers ont réalisées enfin (!) la futilité de ces échappées.
La méditation a pu amplement répondre à ce besoin ! Le voyage intérieur est privilégié pour soigner les sentiments de fuite. La planète s’apaise à son tour. Toutes ses personnes qui méditent sur dos, au lieu de grouiller dans les airs et les transports, la régénère. Mais alors nous ne parlerions plus de tourisme ? Nous serions des individus en quête de sens et de bien-être.

 

Redéfinir sa vision du voyage

Le tourisme n’a jamais été aussi important ces cinquante dernières années. Et le nombre de touristes ne cesse d’être croissant. Cependant, la pratique du tourisme n’a pas toujours été la même au fil des siècles. Vous pouvez compléter votre lecture à ce sujet en lisant cet article « Le doux temps des vacances« . Actuellement, je suis assez déconcertée par la pratique de voyages ayant pour principe d’aller très loin et en très peu de temps. Au delà du fait fait que cette mode du tourisme est un véritable facteur de pollution, j’y trouve une sorte d’irrationalité. Et si les personnes pratiquant « cette formule » du voyage, avaient besoin d’autre chose ? Qu’en serait-il si elles pratiquaient la méditation ?

« Ce n’est pas le but qui compte, c’est le voyage lui-même  »
Proverbe zen

Voyage et tourisme

L’essentiel dans le voyage c’est d’avoir le temps pour soi. Cette condition est aussi importante dans la définition du voyage, que la notion du changement d’espace. Le voyageur est donc quelqu’un qui consacre son temps à découvrir de nouveaux lieux et de nouvelles cultures.

Malgré tout il ne faut surtout pas confondre le voyage et le tourisme. Même si certains touristes ont la certitude de voyager. Car le tourisme n’est pas synonyme d’aventures. Au contraire, souvent organisé,  l’industrie du tourisme veille à éliminer les risques et les dangers. Donc l’industrie touristique organise tout et elle adapte les destinations aux besoins de la clientèle touristique. Le véritable voyageur est déraisonnable. Et il s’adapte aux situations qu’il rencontre. Il semblerait qu’il y ait parfois une confusion sur le fait que « les voyages ouvrent l’esprit ».

La vie est un grand voyage. Et voyager n’est pas forcément d’aller dans un autre pays. Les vacances peuvent tout simplement servir à se reposer, à se ressourcer. Elles peuvent être envisager comme un temps réservé à la connaissance de soi et l’occasion de faire une retraite de méditation. Le voyage intérieur réalisé grâce à la méditation, peut être le voyage qui nous apporte le plus !

« Heureux, qui, comme Ulysse,
À fait un beau voyage ;
Heureux, qui, comme Ulysse,
À vu cent paysages. »
Georges Brassens

2 Comments

  • Florine

    En effet la méditation est le meilleur des voyages ! C’est pratique car on peut méditer partout et tout le temps. Et en plus c’est écologique et économique. Comme tu le dis la vie est un grand voyage et en ce qui me concerne, j’ai commencé mon plus beau voyage quand j’ai rencontré la méditation.

  • Flore

    Je découvre ce blog avec joie ! 🙂

    J’aime beaucoup les idées qui sont défendues car oui, le voyage est une source d’aventures et de plaisirs mais non, notre planète ne peut supporter nos déplacements en avion pour le moindre prétexte et notre folie de consommation.

    Le voyage intérieur est effectivement précieux ; la minute utopique me fait rêver… ^^

Partagez vos idées !

%d blogueurs aiment cette page :