comment voyager
Slow Attitude

Comment voyager à la rencontre des habitants et des territoires ?

Être dans la rencontre authentique en voyage n’est pas toujours quelque chose d’évident et de spontané. Pour cela, il est indispensable d’orienter ses séjours vers des territoires où le point d’ancrage du voyageur va être au préalable anticipé. Et rien de tel pour réussir un séjour à la rencontre des habitants et du terroir, que de pouvoir être en réseau avec les acteurs engagés d’un territoire. Or il n’est pas toujours évident pour les voyageurs de repérer les adresses qui pourront correspondre à cet attente de découverte et de rencontre territoriales. Alors comment voyager à la rencontre des habitants et des territoires ? Ainsi, la rencontre et la découverte de la vie locale font écho aux valeurs du slow tourisme.

L’ennemi de la qualité, c’est la précipitation !

Comment voyager en prenant le temps de vivre la rencontre locale ?

Tout d’abord, nous commencerons par revisiter la définition du slow tourisme. Le slow tourisme est une philosophie du voyage responsable et durable. C’est une façon de voyager plus lente, plus sereine, plus consciente. Il s’agit donc un savant mélange de vacances écologiques, d’immersions locales, et de bien-être. Voyager slow, c’est savourer toute la beauté du monde dans un esprit contemplatif pour se ressourcer et s’enrichir des forces de la nature et des paysages que celle-ci nous offre à l’infini. Voyager slow, c’est partir à la rencontre du territoire en minimisant son empreinte écologique en voyage. Alors pourquoi ne pas partir à la découverte de régions voisines ? Car l’exotisme se trouve parfois au pas de notre porte. Et les voyages lointains ne sont forcément synonyme de distanciations kilométriques. 

Les fondements du slow tourisme

Le slow tourisme est un tourisme qui s’appuie sur trois piliers fondamentaux : l’environnement, l’économie, le social. Trois piliers qui s’agencent intelligemment lorsqu’on retrouve la notion et la valeur de nos terroirs. Un cercle vertueux qui métamorphose alors nos comportements et notre lien aux dynamiques territoriales. La mobilité douce, la mise en place d’hébergements touristiques durables, la pratique d’activités à bas carbone, la valorisation des acteurs locaux, le tissu humain qui se créé localement afin de s’unir dans une logique de territoire co-construit et éco-conscient. 

Focus sur la particule slow

Voici une liste de mots qui accompagnent une réflexion autour de la particule « slow ». Le mot « slow » est fascinant, si petit et pourtant porteur de tellement de sens. Donc la liste de mot que je vous propose ci-dessous fait échos aux différences notions qu’on pourrait explorer à travers ce mot.

  • Contempler
  • Retour à soi
  • Lenteur
  • Bio
  • Circuit court
  • Immersion
  • Douceur
  • Émotion
  • Dynamique
  • Pédagogie
  • Respect des êtres vivant
  • Relation à la nature
  • Réduire
  • S’émerveiller

Le slow tourisme est une véritable invitation à reconsidérer l’offre touristique, et c’est un véritable élan pour réinventer notre rapport au voyage. Nous irons donc vers des offres sur mesure, vers ce qu’on nomme aussi le voyage artisanal. De plus, les récentes études démontrent que la clientèle touristique désire obtenir de la part des organisateurs de voyage un choix de critères de durabilité à travers les offres touristiques qui sont produites. Il y a donc une vraie mise en lumière des voyages de proximité.

Tisser un lien avec les habitants et le territoire

Le slow tourisme est donc une philosophie du voyage qui se veut responsable, et durable. Et c’est aussi un rapport éco-conscient au territoire qu’on va découvrir. On ne va plus chercher à consommer les territoires, mais à s’enraciner, à apprendre ce que le territoire peut nous offrir aussi bien par les populations qui y vivent, par les initiatives locales, que par les paysages, l’histoire, les patrimoines, l’art et ça rejoint la notion de tourisme culturel.

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :  Comment voyager seul en train et vivre une expérience transformatrice?

Personnellement, je dirai qu’il y a une forme de deuil à avoir dans les offres touristiques qu’on a connu jusqu’à présent : on va aller vers un renouveau de notre rapport au voyage. Par exemple, nous ne ferons plus de City break au bout du monde pour seulement quelques jours et nous ne ferons plus de tour du monde en trois semaines. Mais nous ferons le tour de nous-même, dans une vie qui est déjà en soi un grand voyage !

Comment voyager pour partir à la rencontre des acteurs du territoires ?

Le voyage slow, c’est aussi partir à la rencontre d’autres acteurs du territoire et des savoir-faire locaux. Car ce sont les acteurs locaux qui sont la véritable clef d’entrée pour appréhender la rencontre du territoire. Bien souvent, les acteurs du territoire nous permettent de vivre des expériences de voyage unique. Cela peut se retrouver par la découverte des savoir-faire locaux, leur transmission à travers diverses formules d’ateliers, la gastronomie qui offre aux voyageurs une forme de voyage gustatif, ou certaines excursions qui permettent de contempler les paysages et par l’accompagnement d’un guide local, d’en comprendre la lecture et les richesses.

Avec le choix de voyages plus éco-responsables, notre rapport au territoire évolue, nous ne survolons pas des lieux mais on cherche à s’immerger.

On est dans un rapport au territoire dit éco-conscient : on respecte la nature qui nous accueille, l’environnement et les populations locales, on considère les ressources naturelle et on essaye de minimiser son empreinte écologique.

Le voyage slow est la promesse de voyages aux souvenirs inoubliables et ils sont aussi à la portée de tous.

Pensez-vous que le voyage slow est la promesse de voyages aux souvenirs inoubliables, à la portée de tous ?

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.