patrimoine
Histoire,  Organiser un voyage écoresponsable,  Savoir-Faire

Pourquoi les patrimoines sont-ils une clef pour le tourisme durable ?

En effet, on parle de(s) patrimoine(s), car au quotidien, nous sommes entourés par différents types de patrimoines. Cela peut-être un patrimoine bâti, ou un patrimoine écrit. Aussi que nous soyons dans un environnement urbain ou dans un lieu en pleine nature, dans une région française ou dans un pays au bout du monde, la notion de patrimoine nous entoure. Le patrimoine c’est donc notre héritage et c’est aussi ce que nous laisserons aux générations futures. D’où l’importance de savoir se l’approprier et de le connaitre, mais aussi de pouvoir le préserver pour le rendre pérenne. En quoi les patrimoines pourraient être une clef pour le tourisme durable? C’est notamment les notions de préservation et de valorisation qui entrent en jeu.

Voyager autrement à travers le(s) patrimoine(s), vous tente ?

Découvrir les patrimoines lors d’un voyage est d’une richesse considérable. C’est une façon de comprendre une culture, un environnement, et aussi « notre » héritage ».

Sans la préservation de nos patrimoines terrestres et marins, le voyage n’aurait plus de sens …

Valoriser les patrimoines  pour promouvoir un tourisme responsable

Le patrimoine culturel, immatériel, naturel ou industriel sont les biens de l’humanité. Ils sont le témoignage de notre passé et de notre histoire. Aussi ils sont le reflet de nos cultures et de nos traditions. Les patrimoines sont la mémoire des savoir-faire de nos sociétés passées et présentes. Au dessus de cet ensemble d’héritages communs aux hommes et aux femmes, nous avons le patrimoine naturel. Ce patrimoine est unique et si précieux. Certes, il ne dépend pas de nous et n’a pas besoin de l’intervention humaine pour se réaliser. Le patrimoine naturel est notre richesse absolue.

À travers la dimension du tourisme durable, les patrimoines sont en effet une clef. Comment est-ce possible de voyager s’en considérer l’environnement qui nous entoure ? Tant sur l’aspect naturel, qu’historique, ils nous apportent la connaissance d’un territoire. Ou prendre conscience du savoir-faire que véhiculent les populations locales depuis certainement plusieurs générations ?

Le patrimoine culturel

Le patrimoine culturel est décrit comme l’ensemble des biens mobiliers ou immobiliers. Il peut relever de la propriété publique ou privé. Mais celui-ci représente un intérêt historique, artistique, archéologique, esthétique, scientifique, ou technique.

Donc le patrimoine culturel est constitué par les aspects matériels qu’on observe à travers l’architecture, les sites archéologiques, les châteaux, les ponts, tout types de bâtiments. Et celui-ci considère aussi les biens matériels comme par exemple les objets d’art ou le mobilier. Cela peut donc être des tableaux, un salon ancien, des outils anciens, etc.

Au cours des siècles, le patrimoine a justifié d’une protection. En 1972, l’Unesco a constitué une liste du patrimoine mondial composée de plusieurs centaines de sites dans le monde. Aussi cette notion de patrimoine a pendant longtemps était considérée que sur son aspect matériel.

Le patrimoine immatériel

C’est donc en 2003 que l’Unesco se réunit à Paris pour adopter une nouvelle convention. Il s’agit de la Convention pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel. Le patrimoine immatériel, c’est notre patrimoine « vivant ». C’est-à-dire qu’il est le reflet de notre diversité culturelle. Il peut aussi bien être un patrimoine du passé, qu’une pratique contemporaine.

Mettre en avant l’identité des communautés 

Il existe différents domaines dans lesquels on peut relever la notion de patrimoine immatériel. En effet, cela peut être à travers les savoir-faire de l’artisanat. Aussi les contes ou les légendes transmettent les croyances ou les traditions d’une culture. Certaines pratiques anciennes, dans la connaissance de l’univers ou de la nature, par exemple avec des médecines anciennes, sont aussi porteuses de ce patrimoine immatériel.

Les traditions et expressions orales  

Ainsi certains événements festifs ou certains rituels sont aussi classés au titre de patrimoine immatériel. Préserver ce patrimoine, c’est préserver nos cultures et notre héritage. Aussi toutes formes d’expressions culturelles peuvent être associées au patrimoine immatériel. En effet, il y a certains rituels, les danses, les coutumes, les cérémonies, toutes ces dimensions d’une culture sont représentatives des traditions d’un peuple, d’une région, d’un pays. Souvent, ce patrimoine immatériel est la source d’une richesse culturelle unique : un savoir-faire ou des connaissances anciennes. De plus, c’est la communauté, le groupe ou les individus, qui participent à la définition de ce qu’est que le patrimoine immatériel

Le patrimoine naturel

En 1972, suite à l’adoption d’une Convention, l’Unesco établit l’importance de valoriser et protéger le patrimoine naturel à l’échelle mondiale. Car la fragilité de nombreux sites naturels sur la planète est indéniable.

On peut alors distinguer différentes approches de ces sites naturels. En effet, on recense les monuments naturels, les formations géologiques et les sites naturels. Donc le patrimoine naturel concerne entre autre les espèces végétales et animales, les milieux naturels et le patrimoine géologique. Généralement, ce patrimoine naturel représente une valeur exceptionnelle du point de vue esthétique ou scientifique. Aussi, cela peut devenir une zone délimitée pour protéger l’habitat et la survie d’espèces animales et végétales. Cela peut être un patrimoine naturel terrestre, comme un patrimoine naturel marin. Et bien souvent, ces zones sont considérées pour leur beauté exceptionnelle.

Valoriser et protéger le patrimoine naturel a pour objectif d’agir en faveur de la conservation de la biodiversité. Ainsi, ce sont des aires protégées qui sont développées afin de préserver les espaces naturels et les espèces remarquables ou ordinaires, menacés ou représentatifs de la biodiversité. Donc dans ce cadre là, des zones de délimitations sont crées, tels que les parcs nationaux, les zones Natura 2000, les, réserves naturelles, etc.

Le patrimoine industriel

Généralement, l’usine appartient au patrimoine industriel. Mais c’est aussi toute la chaine qui y participe : les logements des ouvriers, les recours d’énergie. Le patrimoine industriel englobe des éléments immatériels tels que le savoir-faire de l’époque, les machines, les outils, les produits finis, et parfois les bâtiments, les halles. Dans un précédent article, nous avons mis en avant un exemple de patrimoine industriel artisanal, tel que la distillerie de résine dans les Landes.

L’archéologie industrielle

L’archéologie industrielle, c’est la méthode qui fait émerger le patrimoine et qui va lui donner un sens. En effet, c’est une méthode interdisciplinaire qui étudie les preuves matérielles et immatérielles d’un passé et d’un présent industriel. Selon Louis Bergeron, l’archéologie est une action scientifique qui porte sur le patrimoine industriel. C’est la démarche de réflexion d’étude sur ce patrimoine. C’est à la fois de l’archéologie au sens classique du terme (fouilles), mais aussi l’approche globale de ces éléments, en allant chercher des éléments extérieurs (témoignages, archives, etc.) pour discourir sur l’activité économique et l’histoire industrielle.

Par exemple, il y a l’inventaire des sites industriels d’un secteur, puis on va sur le terrain, on fait une fiche de recensement pour étudier chaque site, puis on restitue, on fait des typologies.

Les valeurs de ce patrimoine

Quelle est la valeur de ce patrimoine ? Ainsi on distingue trois critères de valeur.  

  1. Les valeurs sociales et identitaires au nom du nombre de personnes qui ont pu être impliquées dans ce processus.
  2. Les valeurs techniques. 
  3. Et la valeur esthétique, au nom de la qualité architecturale d’un site, d’un bâtiment, d’un paysage façonné par l’industrie.

 

Partagez vos idées !

%d blogueurs aiment cette page :