Œnotourisme durable

Flâner dans les vignes, l’œnotourisme au naturel : un livre slow

L’œnotourisme et le slow tourisme sont des modes de voyage pour aller à la rencontre du terroir. Ensemble, la philosophie du voyage slow et la pratique du tourisme viticole, s’orientent vers une nouvelle tendance de vacances écologiques. Le livre « Flâner dans les vignes, l’œnotourisme au naturel » est une invitation à pratiquer un œnotourisme durable. L’œnotourisme est apparu timidement dans les années 1970 en Californie. Depuis, partir à la rencontre du savoir-faire viticole a pris une réelle ampleur à travers le monde. Victime de son succès dans certaines régions, le tourisme viticole s’apparente à une forme de tourisme de masse. Par des routes balisées, les autobus touristiques arrivent en nombre sur les domaines les plus célèbres. Dès lors, ces territoires sont victimes du sur-tourisme, et la rencontre vigneronne en perd inévitablement sa saveur.

Aussi, c’est pourquoi nous avons voulu dans ce livre, évoquer des terroirs moins connus. Alors quelles sont les valeurs de l’œnotourisme durable ?

À travers ce livre, nous vous emmenons hors des sentiers battus pour découvrir des domaines engagés dans une viticulture durable. Un livre qui s’exprime à travers la lecture de paysages en France, et qui s’ouvre aussi par delà les frontières. De plus, c’est un tour d’horizon du patrimoine viticole, des savoir-faire, des recettes, des clefs essentielles pour voyager éco-responsable. Et nous vous suggérons évidemment des adresses de vignerons et de vigneronnes passionné.e.s et engagé.e.s dans le respect du territoire.

« Lorsque le voyage slow s’invite à la vigne, c’est au-delà d’un voyage des papilles, un voyage vers l’histoire d’un terroir. »

Audrey Baylac

La genèse d’une aventure éditoriale

Audrey Baylac

Et si on voyageait slow à travers les vignes ?

Comment apparait l’idée d’un livre ? C’est souvent la question qu’on me pose. Et il est vrai que c’est toujours une anecdote amusante à raconter, le fil d’une histoire.

D’ailleurs, une chose est certaine, c’est qu’il n’y a pas de hasard ! Au départ il y a le plaisir à côtoyer une idée, puis vient en suite la petite étincelle. La petite étincelle, c’est le moment où le désir d’une thématique, les rencontres, les échanges et les palabres, coïncident étrangement. Alors on s’écoute à voix basse. Peut-être il est temps de rassembler tous ces jolis éléments récoltés le long du chemin ? Car lors de mes pérégrinations à la rencontre des territoires et des savoir-faire, pousser la porte de domaines viticoles alimentait inévitablement mon goût certain pour appréhender le terroir. Or, et pour rester honnête, je n’ai jamais été fascinée par les offres d’un œnotourisme classique. Car comme toute âme voyageuse ou belle des champs, notre quête d’aventure réside intrinsèquement dans le voyage artisanal.

Un séjour en œnotourisme pas comme les autres

Voilà qu’un beau jour, j’ai la chance de recevoir une charmante invitation pour partir à la découverte d’un domaine viticole, le Domaine de Gressac. La vigneronne, Laurence Michelet, m’invite a faire un séjour dans son domaine. Alors elle me propose en échange d’une visite, d’écrire un article sur mon blog. Je reçois son invitation avec grand plaisir ! Ainsi quelques jours plus tard, je vis une parenthèse slow au cœur des vignes provençales pas comme les autres. Le lieu, l’environnement, la nature, mes échanges avec Laurence, saupoudrés de la lumière chaleureuse qui plane sur le domaine… L’idée d’écrire un livre sur le slow tourisme versus, l’œnotourisme éco-responsable prend une forme embryonnaire. Puis, l’embryon éditorial « travaille » sur plusieurs semaines : des indices alimentent par la suite le projet.

Plume de Carotte m’envoie à Paris pour un interview

Entre-temps, je reçois par un heureux hasard, un message de Willy Kiezer. En effet, il souhaite mentionner mon activité d’écobalade à Ganges dans un magazine local de la capitale. Quelle idée sympa ! Ainsi je lui annonce mon arrivée prochaine pour Paris. Et il sera bien plus simple de nous voir pour échanger sur le projet des écobalades. Lors de la sortie de mon livre « Voyager sans avion » co-écrit avec Cindy Chapelle, nous avons reçu une invitation à participer à une émission sur France Inter. À la fin de ce merveilleux débat sur les ondes autour du sujet « Doit-on avoir honte de voyager? », il est temps de célébrer en terrasse, la sortie du livre avec ma grande amie musicienne, Juliette Minvielle.

Ainsi Willy, rédacteur du blog Ni Bu Ni Connu, se joint pour un court instant à nous. Et je me sens en confiance pour lui faire part de la thématique d’un livre sur l’œnotourisme écologique. L’échange à ce propos dure simplement quelques minutes, mais suivra son cours quelques semaines plus tard lors d’un prochain rendez-vous à Montpellier. Entre-temps, je commence à structurer un titre, un sommaire, des idées, un projet éditorial.

Partir en vadrouille vigneronne, une belle expérience immersive

Alors le projet de livre prend une dimension plus architecturée. Et la maison d’édition Plume de Carotte me répond « banco » pour le nouveau projet éditorial ! Il est enfin temps de partir en vadrouille. Toutefois, si on se lance dans un tel projet éditorial, c’est qu’on a déjà un certain « bagage » viticole. Mais l’expérience immersive devient fondamentale pour poursuivre l’aventure éditoriale. Ainsi les nouvelles rencontres vigneronnes vont nourrir avec force le travail d’écriture pour affiner le sujet. Comment se passe la partie sur le terrain en quelques mots ? Elle est extraordinairement enrichissante ! Après un repérage sur internet de nouvelles adresses vigneronnes, on prend alors contact avec le domaine qui nous a taper dans l’œil.

Puis, le jour du rendez-vous arrive. Et c’est un moment privilégié qu’on va pouvoir partager avec la vigneronne ou le vigneron. On embarque en général dans un 4X4 pour parcourir les vignes un peu plus éloignées. Ou parfois on part simplement à pied, si les vignes sont attenantes au domaine. Et c’est au cœur des vignes qu’on récolte le savoir-faire de ces femmes et de ces hommes connecté.e.s à leur terroir. L’histoire du lieu se déroule à travers leur témoignage, et la compréhension de leur travail de viticulteur, vinificateur, prend forme. Vient le temps de la visite du chai, et le moment très attendu : la dégustation ! Alors le voyage des papilles peut commencer. Car après la lecture du paysage dans lequel se déploie le domaine, la compréhension du savoir-faire, la dégustation du vin est exaltée.

L’œnotourisme autrement, c’est aussi apprendre à voir autrement

L’œnotourisme à travers les paysages

Une chose est sûre – et c’est un sentiment tout à fait personnel je le reconnais – la plupart des livres sur les vins m’ennuient terriblement. Donc, je n’avais aucun désir d’écrire un ouvrage classé par région ou par AOC. D’où l’idée d’aborder la thématique de l’œnotourisme durable avec l’angle des paysages. Car voyager slow, ce n’est pas traverser des territoires, mais vivre des lieux. Puis, comprendre l’ensemble des qualités d’un vin passe inévitablement pas la compréhension de son terroir. Aussi, le voyage slow est un mode de voyage qui souligne l’importance de prendre conscience de l’environnement et de sa biodiversité. Vivre en éco-conscience le terroir, c’est apprendre à lire les paysages, à comprendre les dynamiques locales. Donc il s’agit d’explorer une région tout en respectant le vivant et les populations locales.

C’est ainsi que les domaines viticoles en bio ou en biodynamie se révèlent être des acteurs incontournables pour découvrir un territoire. Car ces vigneronnes et ces vignerons ont le talent de parler le langage de la nature. Aussi, ils sont en général en réseau avec les autres acteurs locaux. Alors ils deviennent nos guides pour comprendre un terroir, ou pour réaliser notre panier alimentaire en circuit-court. La magie de l’éperluette entre slow tourisme et œnotourisme prend alors tout son sens !

D’autant plus que pour considérer l’entièreté d’un éco-système, on ne peut passer se passer de poésie !

Le sommaire de « Flâner dans les vignes »

Pourquoi l’œnotourisme autrement ?
Une approche simple et facile des vins au naturel
La roue des arômes
La carte des principaux cépages en France

1 – Une escapade vigneronne sous le chant des cigales
2 – Explorer les vignes aux horizons escarpés
3 – Flâneries dans les vignes sous une brise marine
4 – Ces terroirs viticoles au cœur des terres
5 – Savourer le vin des îles
6 – S’aventurer vers la dégustation de vins plus sauvages
7 – Des vignobles à l’ombre des géants de la viticulture
8 – Des vins naturels par delà les frontières

Conclusion

Mettre en lumière la biodynamie et le vin nature

Dans ce livre nous vous proposons de nombreuses clefs pour voyager de façon éco-responsable. Et nous vous suggérons aussi des pistes pour la lecture d’un vin : des idées multiples pour préparer votre rencontre avec un vin, des recettes, des anecdotes autour du patrimoine viticole, des citations rigolotes, un vocabulaire de base pour animer votre temps de dégustation… Et bien d’autres notions complémentaires, qui toutefois restent dans une approche durable de l’œnotourisme. Aborder la thématique de l’œnotourisme durable, nous amène donc à évoquer les grandes lignes de la viticulture en biodynamie. Et le récit sur le vin nature nous a totalement passionné !

Les lecteurs de cet article ont aussi lu :  Un délicieux vin nature près du plateau de Thaurac

Cependant, est toujours dans un souci de transparence, les discours parfois un peu trop « pompeux » dans le domaine de l’œnologie, ne m’emballent pas. Non pas que je dénigre ce discours somme toute savant et très fondé, mais mon approche du vin est absolument décomplexée. Donc c’est sur ce ton là que le discours de « Flâner dans les vignes » est orienté. Le plaisir du goût n’est alors pas réservé à une élite savante. Le plaisir des papilles devient accessible pour tous ! Car c’est aussi ça la slow attitude. On prend du plaisir à flâner en vacances, on s’autorise à pousser des portes inconnues, à ressentir la joie de vivre et d’éprouver des sensations nouvelles. Et pour cela, il n’y a aucune règle prescrite : on fait confiance à notre instinct et notre créativité.

Ce livre est loin d’être un catalogue sur les vins. En effet, c’est un livre qui vous accompagne pour réaliser vos prochaines vacances slow à travers les vignes. Nous avons référencés de nombreux domaines viticoles, tous insolites et atypiques, souvent nichés dans des terroirs méconnus. Alors nous espérons de tout cœur que notre ouvrage vous permettra de trouver l’adresse vigneronne idéale pour réaliser des vacances de rêves, et surtout des vacances écologiques inoubliables !

« Flâner dans les vignes, l’œnotourisme au naturel » , Audrey Baylac et Willy Kiezer, aux éditions Plume de Carotte, 2021.

Un livre disponible dans toutes les libraires ! N’oubliez pas de préférer une commande ou un achat chez le libraire de votre quartier. Vous pouvez aussi le commander directement sur le site internet de la maison d’édition Plume de Carotte !

Prix : 21 €
Remerciements

Je remercie tous les interlocuteurs qui m’ont permis d’affiner le sujet de l’œnotourisme durable. Notamment les vigneronnes et les vignerons passionné.e.s qui n’ont pas mesuré leur temps pour m’apporter l’information indispensable pour alimenter le récit du voyage slow à travers les vignes. Je remercie Willy Kiezer d’avoir voulu se joindre avec enthousiasme à cette aventure éditoriale, et dont ses connaissances sur les vins ont été vraiment utiles. Et je remercie de tout cœur Frédéric Lisak, éditeur à Plume de Carotte, visionnaire pour ce thème de voyage écologique autour du patrimoine viticole, et qui a eu également le goût esthétique pour mener la réalisation de ce beau livre illustré, grâce à la formidable équipe éditoriale de sa maison d’édition. À vous tous merci pour cette belle co-création ! Santé !

Les illustrations de cet article sont extraites du livre « Flâner dans les vignes, l’œnotourisme au naturel », Audrey Baylac et Willy Kiezer aux éditions Plume de Carotte, 2021

Partagez vos idées !