Slowfood

Slowfood et voyage : comment vivre la gastronomie locale ?

La Slowfood c’est faire le choix de consommer des fruits et des légumes locaux en accord avec la saison. Aussi c’est un engagement vital pour la santé et pour la planète. De plus, la qualité de notre régime alimentaire est important pour le bon développement de nos sens : le goût, l’odorat, le visuel, le toucher. Mais les sociétés modernes nous déconnectent totalement de nos capacités sensorielles ! Donc il est très important de garder le contact avec nos sens pour notre bien-être au quotidien. Comment le voyage peut-il nous initier à une expérience gastronomique locale ? Le choix de pratiquer la slowfood en vacances nous invite à de nouvelles expériences culinaires. Et à – pourquoi pas – changer nos habitudes alimentaires pour une hygiène de vie plus responsable !

« Bien manger, c’est aimer. Bien manger, c’est comprendre.
Bien manger, c’est rêver ! »

Allen S. Weiss

La slowfood c’est préférer une alimentation végétarienne

L’industrie animale à l’échelle mondiale est génératrice d’un terrible impact sur l’environnement. Ainsi privilégier une alimentation végétarienne, c’est en général faire le choix de ne pas cautionner l’industrie animale. La production de viande est nocive pour la planète car son industrie a un impact majeur sur le réchauffement climatique, la déforestation et la consommation d’eau. Cependant, consommer de la viande de façon modérée, en se fournissant chez des éleveurs locaux, engagés dans une démarche éco-responsable est tout à fait raisonnable. Mais préférer une alimentation végétarienne a de nombreux atouts, aussi bien pour la planète que pour sa propre santé. C’est un régime alimentaire qui peut s’expérimenter sur quelques jours ou semaines pour en ressentir les bénéfices.

Une expérience végétarienne en vacances

Si nous n’avons pas le temps dans notre quotidien de changer nos habitudes alimentaires, les vacances pourraient offrir cette possibilité. Et si vous tentiez l’expérience ? Accordez vous du temps pour découvrir et tester de nouvelles recettes végétariennes. La cuisine végétarienne est assez simple à découvrir, d’autant plus qu’on peut cuisiner avec des oeufs, du beurre, du fromage. Puis au final, au bout de quelques jours, on se rend vite compte qu’il est assez simple et agréable de suivre un régime sans viande. Il existe de nombreuses recettes faciles et inventives à découvrir !

Slowfood : le calendrier du monde aquatique

La première démarche pour être en accord avec les produits de saison est de s’informer. En tapant en toute simplicité sur un moteur de recherche « fruits et légumes de saison », il existe de nombreux liens, des tableaux pour consommer les produits de saison. Ou bien, on peut acheter un livre qu’on gardera sous la main. Il existe également de multiples calendriers des fruits et légumes de saison à accrocher dans sa cuisine. Le visuel est très pratique et décoratif ! Puis, avant d’écrire la liste des courses, il est possible d’aller vérifier en quelques secondes les légumes et les fruits du mois avant de partir pour le marché !

Aussi, il ne faut pas oublier qu’il existe le calendrier de la pêche, qui permet de respecter les périodes de reproduction du monde aquatique. En faisant une simple recherche en ligne en tapant par exemple : « calendrier de saison des poissons, crustacés et coquillages », on trouve des calendriers pour signaler les moments recommandés pour la pêche, à l’identique des fruits et des légumes. Voici ci-dessus un lien vers un calendrier signalant les mois où les fruits de mer et les poissons peuvent être consommés.

Période de consommation des poissons et des fruits de mer

La Slow Food en voyage, même principe ! 

Adopter un principe d’hygiène de vie plus respectueux pour soi et pour la planète, ne doit pas échapper à l’esprit du voyage. Donc en voyage, il est tout à fait possible de garder une attitude éco-responsable sur le plan alimentaire. Pour rester en accord avec une attitude slow, on essaye alors de faire son panier localement et de respecter le rythme des saisons ! De plus, faire son panier alimentaire slowfood, c’est aussi partir à la rencontre des producteurs locaux. Car faire le choix du circuit-court soutient l’agriculture locale et réduit l’impact carbone. Ainsi on participe favorable aux retombées économiques locales. Puis on évite d’acheter des produits transportés, source d’émission de CO2. C’est ce qu’on appelle être un voyageur éco-responsable !

Adopter la Slow Food en voyage c’est soutenir les producteurs locaux et minimiser le CO2 émis par le transport des aliments.

La touche slowfood dans son carnet de voyage

Idéalement, on peut anticiper avant le départ et s’organiser en effectuant quelques recherches sur la destination de nos prochaines vacances. Ainsi on peut noter quelques informations dans son carnet de voyage avant le départ ! Quels sont les fruits et les légumes de saison dans la région ou le pays que je vais visiter ? Il est important d’avoir quelques repères ou adresses concernant la production des produits locaux où on a choisit de passer nos vacances. Ainsi, une fois sur place, on est plus disponible pour profiter de nos escapades, au lieu de perdre un peu son temps à des recherches en ligne. Toutefois, pour les moins organisés et les moins timides, cela peut-être une bonne excuse pour aller à la rencontre des populations locales !

Avant de partir

Une valise bien organisée avant de partir peut devenir un atout incroyable pour faire des vacances écologiques. Et devenir alors un voyageur éco-responsable, un voyageur engagé. Rien de plus simple, avec cette liste d’astuces !

Faciliter ses achats alimentaires

Pour plusieurs raisons, on n’a pas envie de manger tous les jours au restaurant quand on est en voyage. Pour des raisons économiques, mais aussi pour gagner un peu de temps, de simplicité ou s’inventer des pique-nique avec des vues inoubliables. Donc pour cela, on n’oublie pas dans sa valise les accessoires de bases, pratiques et indispensables :

  • Pailles en inox (on peut refuser les pailles jetables au bar et devenir un voyageur engagé en montrant le bon exemple : sortir une paille inox de son sac à main est si facile !)
  • Deux ou trois petits contenants bien hermétiques pour les salades, les plats cuisinés.
  • 2 ou 3 serviettes en tissu (conserver le pain, emballer un sandwich..)
  • Des couverts réutilisables et un bon couteau (Suisse ou Opinel)
  • Plusieurs sacs en tissu de tailles diverses pour les courses et favoriser les aliments en vrac.
  • Une gourde de toute évidence (stop les bouteilles en plastique, la mer nous remercie !)

Pratiquer la Slow food en voyage nous garantit la découverte de la gastronomie locale tout en respectant le rythme des saisons et en soutenant les producteurs locaux.

C’est aussi une source de bien-être et un engagement éco-responsable pour la planète. À l’image du colibri, ne minimisez pas la valeur de vos éco-gestes. Ils comptent !

Si vous avez un projet de voyage mais qu’il vous manque du temps ou des outils de recherche pour préparer votre « carte gastronomique », n’hésitez pas à m’écrire pour que je puisse vous accompagner dans la création de votre prochaine voyage slow !

Partagez vos idées !

%d blogueurs aiment cette page :